o.184684
lundi 12 mai

Facebook va-t-il mourir ?

Ce titre un peu (trop ?) tragique s’explique car on constate ces derniers temps sur la toile des posts et articles sur la mort annoncée du géant des réseaux sociaux.

Pourtant Facebook nous apparaît aujourd’hui comme l’un des réseaux majeurs dans le paysage du social media.

Le réseau vient de fêter ses 10 ans et a depuis conquis plus d’un milliard d’utilisateurs à travers le monde. Particuliers et entreprises, tout le monde y a trouvé son compte. Mais certains experts trouvent plusieurs raisons au déclin du réseau.

Premièrement, nous sommes constamment assailli par la publicité présente sur Facebook. L’internaute voit son fil d’actualité pollué par des publications ou des pages sponsorisées. En effet la visibilité pour les entreprises est de plus en plus bridée, elles sont donc poussés à passer par la case payante. Sur 100 fans, seuls 6 voient les publications des marques sur leur fil d’actualité. Et pour le reste ? Il faudra débloquer du budget en passant par la publicité. Communiquer sur Facebook devient cher, et pas vraiment rentable.

On constate de la part de certains une véritable lassitude. On voit aussi beaucoup d’applications se développer et rencontrer un succès impressionnant. On parle de SnapChat, Instagram ou encore What’s App, qui touchent majoritairement les jeunes, qui commencent alors à déserter Facebook.

Les paramètres de confidentialité, toujours plus obscurs, font aussi reculer pas mal de monde à publier la photo de leur dernière soirée.

Selon deux étudiants de Princeton, qui ont étudié le réseau social comme si il s’agissait d’une maladie infectieuse, « Facebook va connaître un déclin rapide, diminuant de 20% de sa taille maximale d’ici à décembre 2014 ».

Alors bien sûr Facebook ne va pas disparaître demain, mais la fin du réseau serait possible à moyen voire long terme.

Alors est-ce que Mark Zuckerberg, du haut des ses 29 ans et de sa fortune estimée à 19 milliards de dollars, aurait du soucis à se faire ?

  • 0 Commentaires
* Champs obligatoires

Suivez-nous sur les réseaux sociaux