Capture d’écran 2016-07-21 à 14.57.59
lundi 1 août

A.M. Cassandre, un des plus grands artistes graphistes du 20e siècle

Affichiste majeur de l’entredeuxguerres (1901-1968), A.M. Cassandre, de son vrai nom Adolphe Mouron, a été loué par Blaise Cendrars “de n’avoir pas seulement été un peintre, mais surtout un des plus fervents animateurs de la vie moderne : le premier metteur en scène de la rue”.

“Une image doit porter en elle la solution de trois problèmes : optique, graphique et poétique.”

A.M. Cassandre

Dans les années 20, ses affiches pour les trains (Nord Express, L’Etoile du Nord) et les paquebots (Le Normandie(1) ou L’Atlantique) sont imprégnées par l’influence du purisme, du cubisme et du surréalisme.

La photographie et le cinéma sont aussi très présentes dans ses compositions qui mettent en scène des objets (cigarettes Celtic, chaussures Unic…) ou des silhouettes stylisées, comme pour le triptyque resté célèbre : Dubo, Dubon, Dubonnet(2).

Le style de ses créations repose sur une simplification des formes et une accentuation des perspectives qui soulignent l’aspect très géométrique de ses sujets. A.M. Cassandre est également un graphiste. Ses créations ne se limitent pas aux affiches, mais comprennent également le design de couvertures de revues, d’annonces publicitaires.

La typographie occupe une place essentielle dans ses compositions. Pour la fonderie Deberny et Peignot il crée deux caractères de titrage (le Bifur (3) en 1929 et l’Acier en 1930) et un caractère de labeur (le Peignot en 1930).

Capture d’écran 2016-07-21 à 14.57.59

Parallèlement à son travail dans les arts graphiques, il se passionne pour les costumes et décors de théâtre. Après la guerre, bien qu’écarté des affiches publicitaires, Cassandre poursuit son activité dans les arts graphiques.

On lui doit des pochettes de disques, un jeu de cartes publicitaires, la création d’alphabets pour machines à écrire, un nouveau projet de caractère typographique pour la photo composition (le Cassandre, qui ne sera pas édité de son vivant).

En 1963, il crée le logotype de la maison Yves Saint-Laurent, toujours utilisé aujourd’hui. Dépressif, il se donne la mort en 1968, à l’âge de 67 ans.

  • 0 Commentaires
* Champs obligatoires

Suivez-nous sur les réseaux sociaux